Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title
(Sorry, this page has not been translated by the translator you selected.)

Cela faisait bien des semaines que maître Suku et ses trois novices étaient partis du Temple du Gong d'Airain du Matin pour traverser les grandes montagnes de l’Ouest. Les premiers vents chauds du printemps accueillirent le groupe quand ils arrivèrent au Temple de l'Argent et des Fenêtres, dont les moines faisaient des sites Web avec Intégration Média Sociaux pour les riches marchands de la province. Là, Suku leur apprendrait l’art de faire du code que l’on peut maintenir dans la durée, tandis qu’en retour l’Argent et les Fenêtres partageraient les richesses secrètes de leur ensemble de technologies.

L’un des deux moines novices de Suku observa que les moines de l’Argent et des Fenêtres suivaient ses mots avec grande attention, le traitant avec les respects dûs à un dignitaire en visite. Mais quand Suku disait les mêmes mots, les moines de l’Argent et des Fenêtres levaient les sourcils de scepticisme, ou baissaient les yeux pour jouer aves leurs tablettes et téléphones. Ils faisaient de même lorsque la nonne novice parlait.

C’est alors que le moine novice remarqua l’absence quasi complète de femmes dans le Temple de l’Argent et des Fenêtres. Il ne vit que quelques nonnes lorsqu’il jeta son regard le long de la grande salle de lecture. Toutes semblaient être de rang inférieur, et ne posaient aucune question.

- - -

Le lendemain au petit-déjeûner, le moine novice s’assit à côté d’un des plus vieux abbés.

“Pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans ce temple ?” demanda le novice.

“Parce que nous n’avons plus beaucoup de filles qui se portent candidates à nos entretiens,” répondit l’abbé.

“Pourquoi cela ?” demanda le moine novice.

“Parce que c’est bien connu que la plupart des filles n’arrivent pas à tenir nos exigences très rigoureuses,” répondit l’abbé.

“Pourquoi cela ?” demanda le moine novice.

“Parce que la productivité requiert l’harmonie, et de nombreuses candidates ne collent pas avec notre culture,” répondit l’abbé. “De fait, la plupart ont gaspillé le temps que nous avions investi en elles en partant peu de temps après leur arrivée.”

“Pourquoi cela ?” demanda le moine novice.

“Parce qu’elles n’étaient pas heureuses ici, et ça ne marchait pas bien avec les moines,” répondit l’abbé.

“Pourquoi cela ?” demanda le moine novice.

“Parce que comme tant d’éminents Temples, la culture ici est une culture d’homme : rude et malpolie, cruelle et brutale, dans le travail comme dans les loisirs,” répondit l’abbé.

“Pourquoi cela ?” demanda le moine novice.

“Parce qu’il y a trop peu de femmes dans ce temple,” répondit l’abbé.