Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title
extrêmement geek  extrêmement geek

Cas 152

Ce qui est En Dessous

Alors qu’elles étaient auparavant inséparables, les camarades de chambrée Yíwen et Hwídah ne se croisaient plus beaucoup, car tout le temps libre de Yíwen était occupé à tricoter une singulière écharpe. L’impatiente Hwídah avait alors décidé d’explorer les quelques rares parties des terres du Temple qu’elle ne connaissait pas encore.

Ses errances la menèrent dans les grandes salles de l’abbaye où résidait le Clan de l'Amère Haleine du Loup, les moines en robes noires qui pratiquaient tous les tests d’intégration du Temple. Il était interdit aux développeurs d’y pénétrer, bien qu’on n’en ait jamais donné la raison à Hwídah, et comme tous les mystères, celui-ci la rongeait de l’intérieur. Elle avança tapie dans les ombres, en retrait des encadrures de portes, et sous les cloisons de séparation des bureaux, espérant apprendre quelque secret choquant sur le Temple, mais tout ce qu’elle y entendit venant des moines en robe noire, n’étaient que des plaisanteries à l’égard de ces développeurs dont le code avait tant de défauts. La plupart de ces développeurs étaient du Clan de l'Araignée, celui-là même dont venait Hwídah.

“C’est vraiment exaspérant,” entendit-elle se plaindre un moine de l’Amère Haleine. “J’ai choisi un Statut de Commande ‘Inconnu’, soumis le formulaire, et tout semble se passer correctement. Mais quand je reviens sur le formulaire, il y a une erreur de validation qui se plaint d’un Statut de Commande invalide. Et le développeur jure n’avoir fait aucun changement sur cette page !”

“C’est toujours ainsi avec les Araignées,” soupira une autre voix. “Si quelque chose s’approche trop près, elles l’enveloppent dans huit couches de Javascript, paralysent sa réactivité, sucent la chair de leur utilité, et déclarent que le corps qui tressaille est du travail bien fait.”

Leur rire suivit Hwídah tandis qu’elle rampait vers la porte de l’abbaye. Je jure solannellement d’enquêter là-dessus, pensa-t-elle, les poings serrés.

- - -

Plus tard dans la journée, Hwídah approcha le maître Java Banzen, le feu de l’indignation juste dans les yeux, et un imprimé dans les mains.

“Ce défaut a été créé par un moine du Clan des Empreintes de l'Éléphant, pas par le nôtre. Il a réécrit la méthode qui instancie chaque enregistrement de la base de données en un objet, et son nouveau code contient ceci...” sur quoi elle planta son doigt sur une ligne où était écrit :

    order.setStatusCode(rs.getInt(STATUS_CODE));

“Ah,” dit Banzen. “J’ai vu cette erreur bien des fois. La propriété statusCode est un entier ou null. Mais dans l’API JDBC, getInt renvoie le type primitif int et va sans prévenir transformer un NULL de la base de données en zéro. Ce zéro est tout aussi furtivement transformé par setStatusCode et retourné par getStatusCode quand on remplit le formulaire. Et puisqu’il n’y a pas de statut de commande à zéro, un enregistrement BDD valide semblera invalide.”

“Quelle correction pour ce moine des Empreintes de l’Éléphant ?” demanda Hwídah.

“Rien de mortel,” dit Banzen. “Mon châtiment habituel implique un bateau que je garde dans la gorge Sud rien que pour ces occasions. Le moine en ressort couvert d’eau et de bleus, et dans le futur il examinera ses rames et ses APIs avec plus d’attention avant de les utiliser.”

Le visage de Hwídah devint rouge. “Et l’honneur du Clan de l’Araignée ? Les moines du Clan de l’Amère Haleine du Loup se moquent ouvertement de nous dans leur abbaye à cause de cela !” Puis elle se tut, réalisant qu’elle venait de révéler son intrusion dans des lieux interdits, mais Banzen ne fit que soupirer.

“Ce sont les auteurs de la vénérable API JDBC qui sont vraiment en faute, ainsi que tous ses mainteneurs depuis,” dit le maître. “Ils ont donné au moine une barque bien utilisée, avec de robustes rames déjà montées sur leur dame de nage. Doit-on pour autant provoquer sa perte juste parce qu’il n’a pas vu que la rame de gauche est trop courte ? Non... la trempette qu’il subira quand le bateau tournoiera dans les rapides suffira.”

Hwídah se mordit la lèvre, s’inclina respectueusement, et se retourna pour prendre congé.

“Petite nonne,” dit Banzen, levant l’index pour l’arrêter. “Le défaut n’est pas mien, et je ne peux pas éviter les erreurs qu’il engendre. Alors j’utilise à la fois le défaut et l’erreur pour servir de plus grandes causes.”

- - -

Au repas du soir, Yíwen manquait à l’appel, mais Hwídah épia deux jeunes apprentis de Banzen, Djishin et Satou, assis l’un à côté de l’autre. Les compères la laissèrent raconter ses plaintes quant à leur maître.

“Banzen semble déterminé à souffrir que l’on fasse cette même erreur encore et encore, jusqu’à la fin des temps !” conclut Hwídah exaspérée. “Nous devrions donner un meilleur bateau à l’Empreinte de l’Éléphant !”

“En effet !” dit Satou. “Quand j’ai appris cette erreur, j’ai supplié le maître de passer à un ORM bien connu. Mais le refactoring a un coût, et chaque outil a ses périls, ainsi le code bas niveau demeure.”

“Et bien nous devrions proposer nous-mêmes une rame gauche !” dit Hwídah.

“En effet !” dit Djishin. “Quand j’ai appris cette erreur, j’ai développé une méthode utilitaire getInteger correcte. Mais les développeurs ne cherchent que ce dont ils pensent avoir besoin, et ce qu’ils savent chercher, alors cette méthode reste inutilisée.”

Hwídah s’effondra de désespoir. “Ainsi le moine de l’Empreinte de l’Éléphant n’est même pas corrigé, et le monde de l’Amère Haleine du Loup n’est pas corrigé du tout. Au moins, la misérable Hwídah a reçu sa leçon, car je comprends maintenant pourquoi il est interdit d’entrer dans la Tanière du Loup : pour maintenir l’harmonie entre nos clans. Une insulte ne peut que devenir une réclamation si on l’entend par mégarde.”

Djishin dit, “tu perçois les manches des rames au dessus de l’eau, mais ton vrai chemin est déterminé par ce qu’il y a en dessous.”

Satou continua, “Notre maître sait que tu as violé l’édit : cela, il nous l’a dit librement. Mais ce décret n’est pas de son fait, et il ne peut éviter qu’il ne soit violé par ceux dont la curiosité est irrépressible. Ainsi, il utilise à la fois l’édit et ses violations pour servir de plus grandes causes.”

Satou mit un bras compatissant autour des épaules de Hwídah. “Apprécie ton repas, soeur du Clan de l’Araignée ! Car je crains que la correction de Hwídah ne fasse que commencer...”