Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title

Un moine du Clan du Singe Rieur trouva maître Banzen en train de fredonner devant son tableau blanc, avec une expression de bonheur sur le visage qu’on ne lui connaissait guère. Intrigué, le moine se cacha derrière une plante en pot pour comprendre.

Tandis qu’il regardait, Banzen remplit le tableau d’un diagramme de classe d’une ignoble complexité. Puis le maître fit un pas en arrière pour évaluer son travail.

“Magnifique !” dit Banzen.

Puis il effaça le tableau.

Le maître fit ceci plusieurs fois encore. Sa conception devenait de plus en plus alambiquées, mais à chaque fois Banzen proclamait cela magnifique, pour tout effacer de nouveau, se fredonnant à lui-même avec bonheur.

Le moine alla chercher Djishin, l’apprenti de Banzen. “Que fait ton maître ?” demanda le moine.

“Il implémente les règles métier d’une nouvelle application,” dot Djishin.

Le moine hésita, puis murmura, “son architecture est étonnamment laide.”

Djishin murmura en retour, “les règles métier sont étonnamment laides.”

Le moine leva ses mains au ciel. “Et bien pourquoi danse-t-il comme un écolier amoureux, et trouve toutes ces choses “Magnifiques”?

Djishin rit. “Pas l’architecture, pas les règles. Le défi.”

Note du Traducteur

“Beauty is in the eye of the beholder” - la beauté est dans l’oeil de celui qui regarde. Phrase grecque du 3ème siècle avant JC. Et beaucoup d’autres références.