Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title
extrêmement geek  extrêmement geek

Cas 134

Terrain glissant

(Sorry, this page has not been translated by the translator you selected.)

Le moine Djishin avait perdu sa motivation à force de durs labeurs pour des projets obscurs pour le Clan N'A Qu'Un Soulier, loin de l’agitation de la vie du temple. Il en appela à maître Banzen dans l’espoir d’avoir du travail qui aurait un peu plus de sens et d’impact.

Banzen dit, “Il me vient à l’esprit une application dont la base de code est devenu confuse à travers les ans, à cause de ses nombreux propriétaires. Je suspecte qu’elle cache beaucoup de déchets à nettoyer.”

Quand Banzen examina le refactoring de Djishin, il trouva le code extrêmement simplifié et bien organisé. La plus grande réduction était dans le nombre de classes de Data Transfer Object.

“Je n’ai gardé que les classes qui correspondent directement à des tables de la base de données,” expliqua fièrement Djishin. “Voyez, cette requête qui fait une jointure sur les tables de Campagnes, Soldats et Spécialités, qui ne prend que deux colonnes de chaque. Avant on avait un DTO dont le seul but était de renvoyer les six valeurs de chaque enregistrement—quelle honte ! Maintenant la requête renvoie une liste d’instances de Campagne, contenant chacune une liste de Soldats, qui à son tour contient une liste de Spécialités. Il est vrai que la couche présentation doit parcourir ces objets, mais ils sont communs partout dans l’application et tous ceux qui travaillent dessus les connaissent bien.”

Banzen se caressa la barbe. “Vous avez adopté les voies de la Correspondance Objet-Relationnel, dans un framework de votre propre cru. Je connais bien les vertus de cette approche, mais aussi ses vices. Ces trois tables ont chacune une vingtaine de colonnes ; les objets du domaine qui les reprennent ont également une vingtaine de champs. Et maintenant au lieu de requêter six colonnes par enregistrement, en prenez-vous soixante ? Ou faites-vous la requête en trois fois ? Ou employez-vous une sorte de cache ?”

“Rien de tout cela,” dit Djishin avec satisfaction. “Je ne prends que les six colonnes d’origine, et les clés primaires. Tous les autres champs dans les objets ne sont juste pas initialisés.”

Banzen soupira et prit son bâton.

- - -

Djishin se réveilla dehors avec un mâl de crâne lancinant, couvert de neige fraîche. Il était seul au milieu d’un champ propre, parfaitement plat, entouré de grands pins. Tout scintillait de blanc dans le soleil du matin, et quelques rafales tournoyaient encore dans l’air.

À ses pieds, on avait jeté un long bout de bois. Une note était nouée au milieu. Djishin la déroula.

J’ai demandé au Clan N’A Qu’Un Soulier de retirer tous les détritus de la déchetterie du temple. N’est-elle pas jolie désormais ?
Malheureusement, cela a laissé plusieurs puits qui prendraient bien trop d’efforts à remplir, alors nous en avons artistiquement couvert le dessus d’une très fine couche de branches et de feuilles. Puisqu’il est prévu beaucoup de neige pour ce soir, j’imagine que vous vous réveillerez dans un décor parfait.
Faites attention où vous marchez,
B.