Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title
extrêmement geek  extrêmement geek

Cas 143

Monolithe

(Sorry, this page has not been translated by the translator you selected.)

Le jeune moine Djishin approcha maître Kaimu et dit, “Parlez-moi du Temple du Ciel de Fer Blanc, où vous avez fait votre premier apprentissage.”

Kaimu dit, “C’est un endroit étrange et dangereux. La connaissance flotte dans l’air aussi épaisse que la brume, mais si tu y restes une heure durant, tu ressortiras en en sachant moins que lorsque tu y es rentré.”

Djishin pensa, Je dois aller voir comment une telle chose peut être possible. Ainsi il se mit en chemin.

D’après ses cartes, le temple était sis dans les replis d’une colline boisée en dessous des hautes montages ; un signe sur la route principale proposait un chemin qui n’était pas entretenu. Djishin suivit le chemin à travers une grande Porte ET, et trouva que le terrain à escalader au-delà était en effet enveloppé de brume, telle de l’eau bouillonnante, qui sortait d’un bosquet de saules pleureurs plus haut à flanc de côteau.

La brume s’enroulait autour de la base d’une tour blême au centre des terres du temple. Le chemin—maintenant balisé par des pierres humides—mena Djishin jusqu’aux marches de celle-ci.

“Quel est cet endroit, compagnon ?” demanda-t-il à un moine habillé de blanc assis sur les marches.

Le moine leva les yeux du code Haskell qu’il étudiait. “Les étrangers l’appellent la Tour de la Défense d’Éléphant, bien que nous l’appelions par un autre nom. Mais réponds à cette question : es-tu ingénieur logiciel ?”

“De coeur et de métier oui, je le suis,” répondit Djishin.

“Si tu l’es aussi en pensée, alors suis le chemin jusqu’au bosquet de saules, et parle avec les nonnes qui y méditent,” dit le moine vêtu de blanc. “La tour n’est pas encore pour toi.”

- - -

Dans le bosquet, la brume s’épaississait en brouillard chaud et au goût amer ; venant de quelque part au-dessus, on pouvait entendre de l’eau bouillonner. Les arbres s’écartèrent, et Djishin se retrouva dans une clairière où quatre nonnes en robes blanches étaient assises, contemplant un monolithe de basalte noir brillant. Sur sa surface étaient des inscriptions telles que le moine n’en avait jamais vu :

  (>>=) :: m a -> (a -> m b) -> m b
          return :: a -> m a

“Quelle est cette pierre, grandes dames ?” demanda Djishin.

“Nous l’appelons la Monade,” dit la première nonne.

“Pourquoi la vénérez-vous ainsi ?” demanda Djishin.

“À travers elle, nous pouvons toucher l’impur sans être corrompues,” dit la seconde nonne. “Nous pouvons abattre un Maybe-arbre avec une Maybe-hache et toujours entendre un Maybe-son quand il tombe—même si ce son est Nothing, même quand la hache n’existe pas, même quand il n’y a pas d’arbre qui tombe.”

“Pourriez-vous... expliquer cette explication ?” demanda Djishin.

“Cela nous donne le pouvoir de coder sans erreur,” dit la troisième nonne. “Car nous n’estimons une fonction sûre que si ses entrées seules déterminent sa sortie. Mais quand une fonction répand des effets de bord, alors de chaque graine pousse une ronce qui peut venir percer notre application de ses pointes. La Monade nous dit comment tisser les bandages pour canaliser ce flux. Nous enveloppons la fonction, nous attachons plus bas le Monde Réel ; nous le passons, le secouons, et le retirons de nouveau, et c’est de cela qu’il s’agit.”

“Et cette inscription, c’est du code?” demanda Djishin, s’étonnant devant le monolithe.

Les nonnes se regardèrent. “Un jour, nous le reconnaîtrons tous comme tel, aussi facilement que 20 GOTO 10. Mais réponds à cette question : es-tu ingénieur logiciel ?”

“Je ne suis plus tout à fait sûr,” répondit Djishin, dont la confusion était totale.

À ce moment, le jeune moine reçut l’illumination.

Le commentaire de Qi

C’est ironique, mais la Monade a toujours au moins un effet de bord : elle me donne l’impression d’être un idiot.

Le poème de Qi

L’écran s’assombrit.
Des point-virgules s’éparpillent aux quatres coins de la fenêtre.
L’orage peut s’abattre sur la haute colline—
Mais quand le monde change, les orages laissent place à de plus grands mystères.