Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title
légèrement geek  légèrement geek

Cas 193

Le Cercle Vicieux

(Sorry, this page has not been translated by the translator you selected.)

Trois soeurs d’une famille pauvre vinrent trouver l’abbé du Clan du Singe Rieur afin de requérir leur admission au Temple en tant que développeuses.

“Je ne peux embaucher aucune d’entre vous,” dit l’abbé après avoir regardé leurs CVs. “Vous n’avez pas l’expérience nécessaire.”

“Mais c’est partout la même complainte où que nous allions !” protesta l’une des soeurs. “Comment allons-nous acquérir l’expérience si on nous refuse l’entrée partout où l’on offre cette expérience, juste parce que l’on manque d’expérience ?”

Il se trouvait que maître Kaimu passait par là et entendit ceci. Il dit aux soeurs : “Le désir est la source de toute souffrance. Si vous ne pouvez faire ce que vous désirez, alors faites ce que vous devez, afin que dans votre temps libre vous puissiez faire ce que vous aimez vraiment.”

Puis le maître prit congé, mais les soeurs n’en furent pas réconfortées.

- - -

Plusieurs mois plus tard le maître tomba sur ces mêmes trois soeurs qui partageaient un humble repas au village. Il leur demanda ce qu’elles étaient devenues.

La première dit, “le jour je fais de la charpenterie pour mettre du pain sur la table, et la nuit je sculpte pour mon plaisir.”

La première dit, “le jour je vends du poisson pour mettre du pain sur la table, et la nuit je danse pour mon plaisir.”

La première dit, “le jour je reprends des vêtements pour mettre du pain sur la table, et la nuit je code de petites applications pour mon plaisir.”

Kaimu revint voir l’abbé et, lui racontant ce qui s’était passé, dit, “Accueillez la troisième soeur dans votre clan, car elle a en elle les qualités que nous recherchons.”

L’abbé demanda, “Ne devrions-nous pas conseiller à ses deux soeurs aînées de suivre son exemple, afin qu’elles gagnent de l’expérience et soient également recrutées ?”

“Null,” dit Kaimu. “Comment pouvons-nous les conseiller sur ce qu’elles aiment vraiment?”