Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title

En plein hiver, un matin, quand les connexions d’utilisateurs s’étaient réduites à un filet glacé et que la montagne était paisible sous son manteau de neige, maître hébergeur Yishi-Shing abandonna ses serveurs aux soins de dix moines compétents et s’en fut inspecter l’état d’une lointaine abbaye.

En arrivant, il trouva un inattendu tourbillon d’activité. Le logiciel de l’abbaye était affligé de sérieux défauts. L’activité des utilisateurs causait des erreurs mineures à travers toute la base de données ; ces erreurs s’accumulaient par le fait d’actions subséquentes des utilisateurs, pour finalement étendre la corruption à des tables d’une délicatesse névralgique. Des moines passaient les fichiers journaux au peigne fin, lançaient des scripts de réparation d’urgence des données, débattaient sur des tableaux blancs, codaient d’arrache-pied à leurs stations de travail. Des rustines désespérées étaient distribuées à une allure forcenée, causant davantage de désastres.

« Et les tests ? » s’enquit Yishi-Shing.

« Pas de temps ! Pas de personnel ! Pas de budget ! » dit l’abbé qui resserra les lanières de ses patins à roulettes et partit en trombe en réponse à la sonnerie d’une autre alarme.

Yishi-Shing retourna à son propre temple, perdu dans ses pensées.

« Comment se porte l’abbaye ? » demandèrent les moines du Clan des Os de Fer.

« Je n’ai vu aucune abbaye, » dit Yishi-Shing. « Seulement un champ de terre glaciale et endurcie où les moines creusent les sillons de leurs ongles, tandis que les bœufs marchent derrière et les harcèlent à coups de soc de charrue. »

« Les serveurs sont ils saufs, au moins ? » demanda l’un des moines.

Yishi-Shing : « Pas les serveurs ; les maîtres. »