Many thanks to Hanzík for the Czech translations!

tcc-case-title

Maître Suku et ses trois novices étaient en visite dans un temple où soixante moines aux yeux rougis travaillaient frénétiquement à toute heure du jour et de la nuit.

“Comment en êtes-vous arrivés là ?” demanda Suku à un moine exténué.

Le moine répondit, “Régulièrement, l’abbé supérieur promet beaucoup de choses au gouverneur de la province. Très bien, disons-nous, mais il nous faudra davantage de développeurs, et l’abbé donne son accord. Mais nous nous retrouvons toujours à un mois de la date limite quand il nous en faudrait deux. Nous craignons pour notre santé mentale.”

“J’en parlerai à l’abbé,” dit Suku.

- - -

L’étude de l’abbé supérieur était à moitié enterrée sous les plannings, agendas, rapports d’avancement couverts de notes griffonnées à l’encre rouge. L’abbé allait et venait nerveusement.

“Comment en êtes-vous arrivés là ?” demanda Suku à l’abbé supérieur.

L’abbé répondit, “Régulièrement, mes moines me disent qu’il leur faut davantage de développeurs pour tenir les deadlines du gouverneur de la province. Très bien, dis-je, mais je devrai demander au gouverneur de m’avancer les fonds nécessaires, et le gouverneur donne son accord. Mais nous livrons toujours une fonctionnalité quand nous en avions promis deux. Je crains pour ma tête.”

“J’en parlerai au gouverneur de la province,” dit Suku.

- - -

Le gouverneur et son trésorier parlaient des plaintes du trésorier de voir les comptes de la province dans le rouge. Mais comme la tête du trésorier avait été séparée du reste de son corps, la conversation était quelque peu à sens unique.

“Comment en êtes-vous arrivés là ?” demanda Suku à la tête du trésorier.

Le gouverneur répondit, “Régulièrement, l’abbé du temple prend mes logiciels en otage à moins que je ne lui donne davantage d’argent. Très bien, dis-je, mais pour deux fois la somme je désire deux fois le travail, et l’abbé donne son accord. Mais je trouve toujours deux fois plus de défauts que dans la livraison précédente. Je crains que les moines ne soient pas assez motivés, et que leur abbé me prenne pour une idiote pleine aux as.”

“J’en parlerai à mes novices,” dit Suku.

- - -

Les novices attendaient en dehors du temple quand leur maîtresse revint, ses pommettes rougies de frustration.

“Comment en êtes-vous arrivée là ?” demandèrent les novices à Suku.

Leur maîtresse répondit, “Régulièrement, j’ai la même histoire. Si nous n’intervenons pas, l’an prochain nous aurons deux fois plus de moines ici, puis le double de cela, et le double encore, et pourtant le gouverneur de la province sera insatisfaite. Je crains que l’empressement de l’abbé à l’apaiser a quelque peu l’effet inverse.”

“Et maintenant ?” demandèrent les novices.

“Vous irez parler à l’abbé,” dit Suku. “Dites-lui que Suku a trouvé une solution à son problème et l’a présentée au gouverneur, qui fut enchantée de sa simplicité et de son économie. S’il souhaite la mettre en marche, envoyez-le au gouverneur pour lui dire en personne ses mots les plus chers, Je suis d’accord.

“Et que se passera-t-il alors ?” demandèrent les novices.

“Ramenez la tête de ce lâche dans ce panier,” dit Suku. “Car si elle doit finir par tomber, le plus tôt sera le mieux pour chacune des parties impliquées.”